LES BERGES DE LA SEINE Contact
 L'ASSOCIATION
Accueil
 LES ACTIONS
1er combat
La voie express
rive gauche
La rénovation des berges de la Seine
Les cars
de tourisme
Autres actions
 ACTUALITÉS
Interventions
en cours
Adhésion
Sites utiles
Association pour la défense
du site de Notre-Dame

11 quai aux Fleurs
75004 Paris

Tél. 01 43 25 02 58
E-mail :
info@site-notre-dame.fr

 

La défense du site  
  La rénovation des berges de la Seine  
     
 

L'abandon du projet de la voie-express rive gauche lève l'hypothèque qui pesait sur les quais bas de la Seine qui, au fil des années, avaient été laissés dans un triste état, véritablement dissuasif pour les amateurs de promenades le long du fleuve. La présence des monuments historiques qui bordent la Seine méritait un tout autre sort et avait justifié en 1991 le classement du site au Patrimoine mondial par l'UNESCO pour la partie comprise entre le Pont Sully et le pont d'léna.

La Ville de Paris n'avait pas jugé nécessaire de protéger ces berges et c'est ainsi que les rives du fleuve avaient subi de nombreuses et graves atteintes :

• édification de constructions parasites comme le bâtiment dit «Bâtiment de la Navigation»    situé sur le port de la Tournelle;
• remaniement malencontreux du quai Saint-Michel entre le Petit Pont et le pont Saint-     Michel;
• défaut d'entretien des murs de soutènement du quai haut;
• installation de parkings sur les quais bas et notamment : fourrière sur le port de la    Tournelle, parking des avocats aux abords du Pont Neuf.

 
     
 

Il était donc normal que, le péril de la voie-express rive gauche étant écarté, l'Association se soit préoccupée de ce problème qui concernait le site de Notre-Dame.

La première étape de son action a été le sort réservé au port Saint-Bernard. En effet, la suppression de la subvention de l'Etat à la voie-express ne remettait pas en cause l'aménagement du premier tronçon de cette voie du Pont d'Austerlitz au Pont Sully. L'approbation des travaux de ce tronçon par le conseil de Paris au début de 1973 et la mise en place des crédits nécessaires avaient permis de commencer les travaux.

 
Port de l'Hôtel de Ville
Photos www.chc.fr
 
     
 

Ceux-ci furent poussés activement durant l'été 1974 et à la fin août deux galeries en béton de 140 m et 50 m qui devaient dissimuler en partie la circulation automobile sur cette section longue de 800 m étaient presque achevées. L'intention de l'Administration paraissait claire : construire au plus vite ce que l'on pouvait construire de la voie express avec l'espoir de la continuer en des jours meilleurs.

L'opération était sans intérêt pour la circulation mais elle eût compromis l'aménagement ultérieur du quai bas en jardin, car les promeneurs auraient dû cohabiter avec les voitures. Il fallait donc l'empêcher. Après de vaines démarches auprès du Préfet de Paris, nos dirigeants associatifs obtiennent, grâce à une intervention énergique au cabinet du Premier Ministre, la suspension des travaux en cours et le réexamen de l'affaire par un groupe de travail réunissant des élus et des fonctionnaires. Les discussions sont vives mais finalement la majorité se prononce pour la solution de bon sens et c'est ainsi que les voitures qui passent sous le pont d'Austerlitz ne roulent pas aujourd'hui sur le port Saint-Bernard. Les galeries construites ont été affectées à des activités sportives (Espace Lucien Gaudin). Bien que l'Association n'ait pas été invitée à participer à l'élaboration du programme d'aménagement de ce port et ait exprimé quelques réserves sur certains de ses aspects, celui-ci est devenu un lieu de promenade à l'abri de la circulation automobile et les usagers qui en profitent n'imaginent certainement pas qu'ils doivent cette situation à notre Association.

Mais là ne s'est pas arrêtée leur intervention et un programme de rénovation fit l'objet d'une plaquette éditée par l'Association en 1976. Ce programme comportait la demande de concertation de toutes les administrations intéressées à l'affaire et dont l'accord était indispensable : le Service de Navigation de la Seine, le Port Autonome de Paris, le Ministère de la Culture et la Ville de Paris. Il leur proposait de faire disparaître les éléments qui avaient altéré la beauté de ces berges : bâtiment de la navigation et parkings divers, de procéder au ravalement et à la réfection des murs de soutènement des quais hauts, d' étudier un réaménagement des quais hauts et bas entre le Petit Pont et le Pont Saint-Michel et enfin de créer quelques taches de verdure, gazons, arbres et arbustes.

Une partie de ce programme a été réalisée et en particulier la suppression des divers parkings automobiles mais le bâtiment de la navigation est toujours en place et le réaménagement des quais entre le Petit Pont et le Pont Saint-Michel, malaisé il est vrai, reste à faire. L'Association a édité en 1998 un document illustré sur la rénovation des berges de la Seine en rappelant l'action passée de l'Association dans ce domaine au moment où les dirigeants de la Ville de Paris décidaient de poursuivre l'aménagement des berges pour les consacrer à la promenade et annonçaient la création d'une manifestation annuelle, la «Fête du Fleuve». A la suite du changement de majorité à l'Hôtel de Ville de Paris, cette fête est devenue «Paris-Plage», opération attirant beaucoup de monde mais diversement appréciée par les riverains en raison des nuisances sonores qu'elle entraîne.

 
  Patrimoine français  
Association pour la défense du site de Notre-Dame et de ses environs - Conception : Mail Designer